Web Journal

s’impliquer, résister, s’engager, rendre compte, se remettre en question...

Quand le coronavirus s’invite sans prévenir à la maison

La deuxième séance de session s’est poursuivie avec la reprise de la Loi fédérale, sur les bases légales des ordonnances du Conseil fédéral, visant à surmonter l’épidémie de coronavirus.

Le Conseil des Etats a fort heureusement accepté, ce mercredi, un ajout du Conseil national pour les indépendants et les employeurs, concernant leur droit à bénéficier d’allocations pour perte de gain. Les entreprises actives dans le domaine du tourisme, de l’évènementiel et des voyages pourront obtenir un soutien financier, pour autant que les cantons en formulent la demande et participent pour moitié au financement.

Il est important de préciser que toutes les mesures adoptées auront un effet rétroactif au 17 septembre ; il est ainsi évité une fin abrupte aux aides d’urgence décidées préalablement. En effet, nous l’observons malheureusement dans notre entourage: la crise ne se résumera pas à quelques mois extraordinaires qui s’installeront rapidement dans les cimaises de nos souvenirs. La crise économique, à l’instar du virus, sera tenace et prendra des formes plus ou moins véhémentes. Les effets sur notre tissu économique orienté vers les exportations seront malheureusement importants et se traduisent déjà par une grande incertitude pour bon nombre d’ouvrières, d’ouvriers et d’employeurs.

Ce mercredi après-midi prenait un sympathique air de vacances avec notre président Hans Stöckli, très fier de nous faire découvrir sa ville de Bienne lors de l’excursion du Conseil des Etats. Nous avons toutes et tous, dans notre enfance, été à l’île Saint-Pierre en course d’école et l’escapade en bateau était magnifique.

Mais soudain... patatras... un sms m’annonce un test au virus Covid-19 positif pour notre fils étudiant à Lausanne. Changement de programme intempestif: reprise du train pour Berne, passage au Palais fédéral et à l’hôtel, et retour à la maison avec la perspective d’une mise en quarantaine.

La première contrariété passée, il convient de se réjouir que tout aille bien pour notre fils et de s’organiser. Je me suis faite remplacer dans les commissions traitant des divergences et j’ai transmis mon intervention sur le financement des crèches à des collègues. Le travail avait été fait en commission et il ne me reste plus qu’à espérer que ma motion soit acceptée ce prochain lundi au plénum.

La démarche menée en concertation avec mes collègues de la commission idoine a abouti au Conseil national et je suis plutôt confiante... En principe, je rejoindrais mes collègues jeudi et vendredi pour les votes finaux.

 

Elisabeth Baume-Schneider

Parti socialiste jurassien

Commencer une conversation

+41 (0)79 504 20 47

Copyright

Copyright © 2020 Elisabeth Baume-Schneider - Tous droits réservés