Elisabeth Baume-Schneider
Conseillère aux États (JU)

Initiative populaire « Oui à l'interdiction de l’expérimentation animale et humaine »

L’initiative déposée en mars 2019 poursuit un noble objectif de lutte contre la souffrance animale, un enjeu éthique que personne ne conteste. La suppression de toute expérimentation animale ou humaine nécessite toutefois de regarder la réalité en face. En interdisant toute recherche sur l’être humain, il s’agirait de renoncer aux projets développés dans le cadre de la médecine, de la biologie, mais aussi en psychologie ou en sociologie. A cela s’ajoute le fait qu’en renonçant à l’utilisation ou à l’importation de tout nouveau produit élaboré à l’étranger intégrant ces méthodes, l’initiative a des conséquences déterminantes en matière de santé publique. Le développement des vaccins est pour le moins un sujet d’actualité…

Fort de l’avis des milieux scientifiques et des organisations de protection des
animaux, le débat aux Chambres fédérales a montré le caractère excessif de l’initiative. Conformément à l’art. 80 de la Constitution, la protection des animaux nécessite le respect de protocoles issus d’autorisations strictes et les expériences pouvant causer des douleurs doivent être limitées à l’indispensable. Le nombre
d’expériences sur des animaux de laboratoire a passé de près de deux millions en
1983 à 572 000 en 2019. Le récent PNR79 s’inscrit dans la volonté d’améliorer encore la situation, avec la recherche 3R « replace, reduce, refine » qui développe des méthodes de substitution.

A l’instar des Chambres qui ont refusé l’initiative avec 195 voix au national et
avec 42 voix et 2 abstentions aux États, le PS Suisse vous invite à refuser l’initiative.