Votations finales, dossiers sensibles et un président Parmelin heureux

Dans le cadre des 20minutes consacrées aux votations finales du dernier vendredi de la session, 16 lois ont été adoptées. Le point.

La loi Covid-19 a passé en séance de conciliation; fort heureusement, on a renoncé à préciser dans la loi les éléments relatifs aux accès aux manifestations pour les personnes vaccinées.

Si chacun aspire à retrouver une «vie normale» et ses libertés habituelles, il n’est pas opportun de figer dans la loi des dispositifs qui pourraient encore évoluer en fonction de l’éventuel développement (que nous ne souhaitons naturellement pas) du virus. En effet, si cette semaine ensoleillée contribuait à installer une ambiance estivale et si nous n’avons plus envie de nous projeter avec des restrictions, le fait qu’un collègue soit hospitalisé depuis lundi pour raison de Covid-19 montre que la cohabitation avec le virus reste exigeante.

Retraite des femmes

S’il est bien un dossier sensible, c’est celui de l’âge de la retraite des femmes. Au stade actuel des débats, les deux Chambres ont décidé d’augmenter l’âge de la retraite des femmes ; cette décision de la majorité incarne le clivage gauche droite sur l’appréciation de cet objet.

Je n’étonnerai personne en mentionnant que, si aucune assurance sociale ne saurait être corsetée dans un carcan immuable, il n’est pas juste d’augmenter l’âge de la retraite des femmes alors que les inégalités salariales sont encore massives dans bon nombre de domaines et que les mesures de compensation sont trop modestes. L’objet sera repris en commission avant de revenir en session.

Mesures d’aide aux médias

Nous avons également accepté une loi concernant un train de mesures en faveur des médias. Ce dossier a suscité des débats nourris. Le risque d’un référendum déposé par des milieux de Suisse alémanique remettrait en question notamment le financement des médias en ligne, soit la transition numérique, et l’aide indirecte à la distribution postale des journaux qui représente un soulagement financier appréciable. Ces mesures sont attendues par les plus petits éditeurs, donc les titres régionaux.

Primes des assurances maladie

En résumé, la semaine a réservé son lot de satisfaction et de déceptions. A ce sujet, en matière de réserves de fixation des primes des assurances maladie, il est décevant que les initiatives des cantons romands aient passé à la trappe, certes avec deux voix de différence. Cela a suffi.

Le canton du Jura avait également transmis les deux mêmes interventions et, alors qu’on nous rappelle régulièrement que le Conseil des Etats est la Chambre de réflexion, qu’elle sait prendre de la hauteur pour se distancer de certains dogmatismes et qu’elle représente l’intérêt des cantons, force a été de constater au moment du vote que les consignes des assureurs maladie ont plus de poids que celles des cantons latins. Il s’agissait de prendre en considération la nécessité de fixer des règles plus contraignantes dans le cadre du processus d’approbation des primes, de la définition et du remboursement des réserves excessives et de la compensation des primes payées en trop.

En conclusion, je termine avec Guy Parmelin. Ce jeudi matin, il répondait à différentes interventions, avec ses disponibilité et empathie habituelles, alors que durant les jours précédents, il accueillait les présidents Biden et Poutine avec modestie et éclat à la fois. En échangeant quelques mots avec lui, j’ai eu le sentiment qu’il savourait simplement le soulagement et le sentiment du travail bien fait !

Les commissions siègent encore durant deux semaines et la prochaine session débutera en septembre. Je vous souhaite un été vivifiant et reposant à la fois.

 

Elisabeth Baume-Schneider, Les Breuleux
Conseillère aux Etats