Plus de solidarité pour lutter contre la pauvreté

Le Conseil fédéral a publié un rapport donnant suite à une motion du groupe socialiste. On sait désormais qu’en 2016 7,5 % de la population, soit plus de 600'000 personnes sont touchées par la pauvreté et près de 15 % en sont menacée
Nous disposons d’une plateforme nationale avec un programme de prévention et de lutte contre la pauvreté. En résumé, selon les données mentionnées sur la plate-forme, à partir de cette année, l’OFAS consacrera à ce programme 1,4 poste ainsi qu’un financement de l’ordre de Fr. 250'000.—par année jusqu’en 2023. Eu égard à la situation économique en Suisse, cette situation est incompréhensible.
Camarade, je parlais tout à l’heure de la nécessité de prendre la parole ; je souhaite remercier Nathalie qui a pris la parole au sujet de la pauvreté en publiant le rapport social, qui décrit sans fard l’ampleur et l’évolution de la pauvreté dans le canton du Jura. Le moins que l’on puisse dire est que l’accueil mitigé, parfois critique n’est pas du tout à la hauteur du courage nécessaire pour dans un premier temps proposer une photographie aux tonalités statistiques, avec certes des lacunes mais aussi des indicateurs qui constituent un socle de base à partir duquel on ne pourra plus dire qu’on ne savait pas et estimer que notre filet social est trop confortable.
Je suis rassurée du fait que le canton du Jura applique les normes CSIAS en matière d’aide sociale et on peut se réjouir de la votation dans le canton de Berne qui a montré l’attachement du peuple bernois à ce système.
Camarade quand on lutte contre la pauvreté, on lutte contre l’exclusion. L’aide sociale contribue de manière significative à la cohésion sociale en Suisse et permet de vivre dans la dignité dans la perspective d’être autonome.
Le parti socialiste entend intervenir pour lutter contre la pauvreté et la question des primes de l’assurance maladie est un sujet lancinant depuis de nombreuses années.