Le bureau jurassien de l’égalité a marqué, lundi, la Journée internationale des droits des femmes. Il a édité un magazine qui dresse le portrait de 20 personnalités «inspirantes et inspirées», parmi lesquelles plusieurs Franc-Montagnardes.

Le magazine «Mesdames, à vous la parole» brosse le portrait de vingt femmes inspirantes, que ce soit par leur engagement politique, leur carrière ou leurs prouesses sportives. Une initiative de la Déléguée à l’égalité entre femmes et hommes, qui commémore dans le même temps les 50 ans du droit de vote et d’éligibilité des femmes en Suisse.

Au détour des premières pages, la conseillère aux Etats Elisabeth Baume-Schneider est mise à l’honneur. Dans une interview, la Breulotière explique comment elle a concilié vie familiale et politique. Mais l’ancienne ministre de la Formation, de la Culture et des Sports s’exprime surtout sur le rôle de l’éducation dans la lutte pour l’égalité, qu’elle juge essentielle. Elle plaide également en faveur des quotas de femmes, alors que l’administration jurassienne en a récemment introduit dans la composition de ses commissions et groupes de travail.

Vies de paillettes et d’étoffes

Autre Franc-Montagnarde présentée: Catherine Burkhart, dite la Castou. La comédienne et danseuse revient sur sa «vie de paillettes» entre Saignelégier, Lausanne, et le reste du monde. Elle incite la jeune génération à saisir, comme elle l’a fait, les opportunités qui se présentent.

Le magazine ne s’intéresse pas qu’aux Jurassiennes dont le nom est connu au-delà de nos frontières. Il relate aussi le parcours de la designer de mode Jeanne Guenat. La Noirmonière a étudié à Genève, travaillé à Londres, pour revenir aux Franches-Montagnes, et créer la marque de vêtements SOTTES. Elle s’exprime sur l’importance de la mode pour l’émancipation des femmes, et sur son choix audacieux de lancer sa propre griffe.

Mère au foyer, un métier encore déprécié

Entre ces parcours professionnels, il en est un de moins en moins ordi- naire: celui de la Loitchouse Coralie Wicki. Cette ancienne employée de commerce a fait le choix de devenir mère au foyer. Et si cette décision apparaît de prime abord peu émancipatrice, elle nous prouve le contraire. La trentenaire explique assumer pleinement son métier, même si ce dernier reste non rémunéré, peu valorisé et plein de stéréotypes. Il y a encore du progrès à faire dans ce domaine.

Paru lundi, le magazine est égale- ment ponctué de citations et de statis- tiques. La publication revient sur les dates-clés de la lutte pour l’égalité en Suisse. Elle est téléchargeable gratui- tement ici : www.jura.ch/egalite. (nbe)